ARTICLE

Attaques en vue !

On nous le dit sur tous les tons : ça fait un an qu’on est en pandémie. On n’a besoin de personne pour se le faire rappeler ! Parce que notre cœur de grand-maman (et de grand-papa) nous le fait sentir tous les jours.

Je ne sais pas pour vous, mais je me sens choyée jusqu’à un certain point. Mes petits-enfants habitent dans la même ville que moi et on a eu l’occasion, à quelques reprises, de se voir dehors, à distance bien sûr, et de placoter un peu. On a aussi bénéficié des merveilles de la technologie pour passer les fêtes de Noël et les anniversaires d’une manière à peu près décente.

Mais moi, ce que je désire, c’est prendre mon monde dans mes bras, sentir leur chaleur, être enveloppée. Je veux que mes petits-enfants « frétillent » parce qu’ils sont emprisonnés dans mes câlins un peu trop longtemps à leur goût ! Je veux que mes grands, particulièrement mon gars, soient déstabilisés par mes gestes d’affection. Parce que, voyez-vous, dans ma famille, on n’est pas normalement des « colleux ». On a tous une certaine réserve naturelle, pas parce qu’on ne s’aime pas, oh non, mais c’est notre façon d’être.

Cependant, je m’ennuie un peu beaucoup. Ma solitude bien assumée me paraît un peu lourde maintenant et je me dois de leur lancer un avertissement très sérieux :

Après ma vaccination (26 mars) et la période d’immunisation qui doit suivre, je vais les ATTAQUER !

Ils le savent, mais ce qu’ils ne comprennent pas tout à fait, c’est que ça se fera sous forme de becs et de colles dont la durée ne peut être définie, manifestations de ce trop-plein d’amour que j’ai à donner.

Je vais même y aller mollo avec le rouge à lèvres (alors que j’en porte toujours depuis mes 14 ans) pour ne pas craindre de les barbouiller ou de tacher leurs vêtements. Et après ces effusions seulement interrompues par l’apaisement du cœur, je compte bien partager avec eux un bon repas, peut-être dehors, mais tout le monde ensemble.

Et comme mon anniversaire et ceux de mes enfants sont tous en avril, ce sera l’occasion rêvée pour la réalisation de cet objectif du cœur.

Et vous, avez-vous déjà fait votre scénario de retrouvailles ? J’espère qu’elles seront à la hauteur de vos attentes pour tous les grands-parents.

Alors, enfants et petits-enfants, à vos gardes ! L’attaque est imminente et elle sera intense.

 

Grand-maman-Suzanne

PS Belle-fille et gendre : vous êtes mes enfants de cœur… alors !

© Vie de Grands-Parents 2021


Advertisement