ARTICLE

Comme les autres….

 

Malgré qu’on soit tous différents (fort heureusement!!) et qu’on clame à grands coups de gueule, de pancartes et de commentaires être fiers de cette différence, dans la petite enfance, ça prend une bonne dose de confiance en soi pour faire face aux autres!

 

MaDouce vient de commencer l’école et, déjà, dans la cour de récré, c’est pas simple.  L’autre jour, elle a fait rire d’elle parce que ses bobettes dépassaient de son pantalon… le lendemain, elle a réglé le problème toute seule: elle en a pas mis!!

 

Elle ne voit plus son père depuis plus de 18 mois; sa maman a un amoureux qui a aussi un enfant.  Au camp de jour et à l’école, les autres lui demandent pourquoi c’est juste sa maman et sa mamie qui viennent la chercher.  «Y’est où ton père? T’en a pas?»  Bien sûr qu’elle en a un, qu’elle leur disait, mais elle ne le voit pas, c’est tout.

 

Une journée cet été elle m’a dit: «Mamie, j’ai quelque chose à te dire. Tu sais, l’amoureux de Maman… j’ai décidé de l’appeler Papa».

 

Je lui ai demandé pourquoi.  «J’avais tellement envie de ça, Mamie, moi aussi, de dire Papa».

 

À sa première journée d’école, il était là avec sa Maman; elle était «comme les autres» avec une Maman ET un Papa.  C’est pas qu’elle était malheureuse avant, pas du tout!!  Elle vivait très bien avec le fait d’être seule avec sa mère, elle fonctionnait très bien, elle ne réclamait pas à grands cris un papa à tout prix. Et jamais personne ne l’a forcé à appeler Papa l’amoureux de sa Maman.  C’est venu d’elle, de son cœur et de sa tête, tout bonnement.

 

Dans la famille élargie, elle justifie toujours cette appellation à chaque fois qu’elle se rend compte que les gens se questionnent: «Je le sais que c’est pas mon vrai père, mais c’est comme ça que je l’appelle maintenant».

 

Ben voilà, MaDouce, maintenant, on le sait de qui tu parles quand tu dis ce mot que tu avais tellement envie de dire à nouveau.

 

MamiDi

© Vie de Grands-Parents 2022