ARTICLE

La réparation – résoudre autrement un conflit

Quand il y a une chicane entre les petits-enfants, on ne sait pas toujours comment intervenir ? Parfois, on intervient rapidement et de manière automatique : on impose des excuses au fautif ! Or, il y a d’autres possibilités pour développer les habiletés sociales des petits-enfants.

Pour aider les petits-enfants à résoudre leur conflit, on peut appliquer le processus de résolution de problèmes qui se réalise en 6 étapes simples (1) :

  1. SE CALMER

Premièrement, se calmer soi-même et demander aux enfants de se calmer en faisant de grandes respirations, en s’assoyant un moment le temps que la pression descende.

  1. NOMMER LES SENTIMENTS

C’est le nœud du problème : les sentiments négatifs qui font mal. Mettre des mots sur la tristesse, la colère, la peur…Cela libère la tension !

  1. COMPRENDRE LE PROBLÈME

Questionner les enfants pour qu’ils racontent ce qui s’est passé. Donner la parole à chacun. Si les enfants ne parlent pas encore, bien observer le langage non-verbal et tenter de formuler pour eux le problème. Vérifier votre compréhension en demandant : Est-ce bien cela qui s’est passé?

  1. REFORMULER LE PROBLÈME

Énoncer en peu de mots ce que vous comprenez du problème : « Dans le fond, vous êtes 2 à vouloir le même jouet! »

  1. DEMANDER DES SOLUTIONS AUX ENFANTS

Au lieu de suggérer vous-mêmes des solutions, vous questionnez les enfants. « Comment faire pour résoudre ce problème? Avez-vous des idées? » Avec les plus petits, vous énoncez différentes possibilités de solutions et observez leurs réactions pour voir ce qui convient le mieux. Des exemples de solutions : « chacun son tour », avec une minuterie ou un sablier, « chacun son tour », jusqu’à ce qu’un enfant ait fini de jouer avec le jouet, partager (jouer à 2), séparer en 2, chercher un jouet semblable, etc. Lorsque vous suggérez des idées, vous demandez si ça convient ? Éviter d’imposer une solution. Si un tort a été causé, vous pouvez demander : « Comment faire pour réparer? »

  1. ENCOURAGER LES ENFANTS

Dire « Bravo ! Vous avez trouvé une bonne solution! Ça va mieux maintenant! »

Pour réparer son tort (étape 5), l’enfant doit avoir la maturité nécessaire (3 ans et plus). L’enfant peut alors se reprendre et retrouver une énergie positive en posant un geste positif. Cela rehausse son estime de soi. La réparation s’inscrit dans une approche de bienveillance face au petit-enfant. L’erreur est humaine et normale. On peut la réparer!

Exemples de gestes réparateurs :

  • Faire un dessin pour le donner à la personne touchée
  • Nettoyer l’endroit sali
  • Faire un toucher doux et réconfortant si l’autre est d’accord et l’apprécie
  • Offrir quelque chose qui plaît à la personne touchée
  • Reconstruire ce qui a été démoli
  • Rendre un service apprécié par la personne touchée
  • Formuler des excuses sincères et ressenties
  • Faire une carte où l’enfant exprime son regret
  • Apporter à la personne touchée un jouet favori
  • Toute autre bonne idée des enfants

La réparation s’applique autant aux adultes qu’aux enfants lors de conflits.

Il n’est donc pas nécessaire de forcer les excuses lors d’une chicane entre les petits-enfants. Les excuses, pour être efficaces, doivent être sincèrement ressenties. Cela ne se force pas de l’extérieur!

Par Jocelyne Petit, Docteure en Sciences de l’Éducation

Référence

  • Betsy Evans, adaptation française Karine Robert, Résolution de problèmes en milieu éducatif, Chenelière Éducation, Montréal, 2017

 

© Vie de Grands-Parents 2022


Advertisement