ARTICLE

Présence

Serai-je présente dans leur vie, assez longtemps pour les aider à passer par ses aléas ? Auront-ils le réflexe de s’adresser à moi ? Suis-je déjà trop loin d’eux, physiquement et psychologiquement ?

Oh la la Suzanne, calme-toi ! Une chose est certaine : ils savent que tu les aimes.

« Je crois en une vie après la mort. Tout simplement parce que l’énergie ne peut pas mourir ; elle circule, se transforme et ne s’arrête jamais. »

Albert Einstein

Je voudrais être éternelle. Pas pour moi. Oh non ! La métamorphose imposée par la vieillesse sur notre corps me déplaît énormément. Je n’ai certainement pas envie que ça perdure. Non, c’est en pensant à mes petits-enfants que je souhaite cela. J’espère être présente dans leur vie maintenant, plus tard et à jamais.

En regardant une émission récemment, j’ai vu une grand-maman qui joue un rôle primordial pour sa petite-fille, une belle adolescente qui se débat avec l’anxiété. Lorsque prise de panique, elle appelle sa mamie et lui parle pendant un moment. Celle-ci la calme, respire avec elle et la convainc que tout va bien aller.

Quelle chance elles ont de s’avoir ! Oui, l’ado peut compter sur la réaction rassurante de sa grand-mère. Mais, ce qui me frappe, c’est l’importance qu’a la grand-maman dans la vie de cette enfant. Je la trouve privilégiée de jouer un rôle pareil. Je sais bien qu’elle sent aussi bien des inquiétudes à voir sa petite-fille vivre de semblables angoisses. Mais, elle peut faire quelque chose; elle a été choisie, elle est la personne vers laquelle sa petite-fille se tourne pour apaiser son anxiété.

Je voudrais inspirer de tels sentiments de sécurité chez mes petits. Je me sentirais bienfaisante, à cet âge où la retraite nous donne souvent une impression d’inutilité. Évidemment, ça n’a pas besoin d’aller si loin et je ne souhaite qu’un passage vers la vie adulte très serein à mes petits et dans l’avenir, à cette enfant.

Je sais bien que je compte beaucoup pour ma famille. Ils me le font fréquemment ressentir et je suis choyée. Je voudrais simplement durer assez longtemps et en forme intellectuellement pour garder un contact suivi avec mes petits-enfants. J’aimerais être témoin d’un bon bout de leur existence, au moins de leur adolescence. C’est un âge merveilleux, des années si importantes dans la définition de soi. Je souhaite pouvoir leur répéter sans cesse qu’ils sont beaux, qu’ils sont si intelligents, qu’ils sont capables et qu’ils peuvent choisir.

Si je garde un tel lien, je suis persuadée que je resterai présente bien après la mort, comme mon père l’est encore quotidiennement avec moi. Je veux être cette énergie qui circule dans leur esprit. Je rêve de leur inspirer des idées de bonheur, l’assurance que la vie est belle malgré les tracas et les épreuves, qu’on peut d’ailleurs transformer d’éléments négatifs en valeurs positives.

Je ne demande pas grand-chose : je veux l’éternité. Je crois que je suis née d’une énergie qui m’a précédée et que je peux prendre une nouvelle forme dans leurs pensées pour aider mes petits-enfants, pendant encore longtemps, bien plus longtemps que moi-même.

© Vie de Grands-Parents 2022