ARTICLE

Quand l’enfant est réticent au contact physique avec son grand-parent

Comme grands-parents, nous désirons manifester notre affection et notre attachement à nos petits-enfants. Que faire quand l’enfant est réticent?

Il est important de toujours observer la réaction de l’enfant et de ne pas lui imposer de câlin et de bisou s’il se montre réticent. Ce dernier a besoin de consentir à ce contact pour en éprouver du plaisir. En un sens, nous devons apprivoiser l’enfant en y allant par étapes et en s’adaptant à ce qu’on observe comme réactions. Une main sur la tête peut être tolérée, une main sur l’épaule, un regard complice, etc. On adapte l’intervention sans jamais forcer la note.

Si l’enfant se replie, prend de la distance, se referme, dit « non », il convient de respecter le choix de l’enfant sans insister. Si, au contraire, l’enfant manifeste de l’ouverture, le grand-parent saura à quoi s’en tenir. Il saura que la « bulle » de l’enfant est respectée, même s’il y a un contact physique plus intime. Il saura que l’enfant se sent bien.

Par ailleurs, il est opportun d’expliquer à l’enfant le soin qu’on s’apprête à lui donner en touchant son corps. Verbaliser et prévenir en décrivant les gestes que l’on pose : « Je vais moucher ton nez! », « Je vais te mettre de la crème solaire! », « Je vais approcher ta chaise de la table! », « Je vais changer ta couche et te laver les fesses! »  etc.

Dès le plus jeune âge, l’enfant délimite sa « bulle »; ce qui constitue son territoire propre. Il apprend aussi à respecter la « bulle » des autres, en ne les envahissant pas, en respectant une certaine distance, en respectant la propriété de l’autre, en s’arrêtant quand l’autre dit « non » à un rapprochement quelconque. Ces apprentissages sont sains. Le grand-parent doit lui aussi respecter la « bulle » de l’enfant.

On sait que les contacts physiques sécurisent l’enfant mais ils doivent être désirés et consentis. Devant une réticence, il convient de s’arrêter. Démontrer à l’enfant que son avis est important! En s’approchant de l’enfant, le grand-parent peut voir si l’enfant est à l’aise ou non devant son geste d’affection. L’observation attentive est la clef!

Manifester de l’amour c’est aussi manifester du respect!

Par Jocelyne Petit, Docteure en Sciences de l’Éducation

© Vie de Grands-Parents 2022