ARTICLE

Le masque obligatoire en public pendant longtemps?

 

Le Québec et le Canada reprennent vie. Faudra faire attention, sinon tout cela n’aura servi à rien, nous dit Monsieur Trudeau. Le masque sera sans doute de mise partout en public pendant longtemps. Les voyages sont sensés reprendre fin mai, début juin, mais avec bien moins de monde, pour de multiples raisons, et le masque est obligatoire à partir du 20 avril. Le ministre des Transports du Canada a annoncé de nouvelles mesures exigeant que tous les passagers aériens aient un masque non médical ou un couvre-visage amovible pour se couvrir le nez et la bouche à plusieurs étapes du voyage.

Les voyageurs aériens sont obligés de porter leur masque non médical ou leur couvre-visage autant que possible, mais ils doivent obligatoirement se couvrir le nez et la bouche dans les situations suivantes : aux points de contrôles des aéroports canadiens, lorsque les agents effectuant le contrôle ne peuvent pas maintenir une distance de deux mètres entre eux et le passager, pendant les vols, lorsqu’il est impossible de se tenir à distance des autres, ou selon les instructions des employés du transporteur aérien.

Les passagers de tous les vols au départ ou à destination d’un aéroport canadien devront également montrer qu’ils ont le masque non médical ou le couvre-visage nécessaire au moment de l’embarquement, sans quoi ils pourraient se voir refuser l’entrée dans la zone stérile de l’aéroport ou l’embarquement à bord de l’aéronef.

Un masque non médical ou un couvre-visage devrait épouser confortablement les contours du visage de façon à couvrir la bouche et du nez, en étant fixé à la tête par des attaches ou des cordons formant des boucles que l’on passe derrière les oreilles. Il devrait être facile de le mettre et de l’enlever au besoin, par exemple au moment de vérifier l’identité du passager.

Il devrait être obligatoire comme en France dans tous les transports publics. Soulignons que le masque non médical est aussi obligatoire dans les transports maritimes (traversiers et de navires à passagers), au transport ferroviaire (notamment VIA Rail) et au transport routier (autocars).

Vous pouvez vous en faire un, mais si vous les lavez il risque de se déformer, de perdre un peu son ajustement. Sinon, des compagnies québécoises en font, et les vendent, c’est un autre bon moyen d’acheter bleu!

André Maccabée et toute notre équipe

© Vie de Grands-Parents 2024