ARTICLE

Regarder nos petits-enfants avec les yeux du coeur

À partir du regard de l’autre, l’enfant construit son identité. Si le petit-enfant sent l’amour dans votre regard, il établira avec vous un lien d’attachement sécurisant qui lui permettra de développer l’estime de soi qui est, dans les faits, un trésor à transmettre de génération en génération. (Voir l’article paru dans « Vie de Grands-parents », L’estime de soi : un trésor à transmettre de génération en génération). On sait que l’estime de soi constitue une base solide pour faire face à la vie avec ses défis et ses bonheurs au quotidien, avec le positif et le négatif.

Le regard qui ne communique pas de jugement

Le regard du grand-parent a intérêt à ne pas communiquer de jugement pour, au contraire, offrir de la bienveillance. Communiquer, en fait, un message qui dirait : « Je vois en toi du bien. Tu vas devenir une belle personne qui réalisera de beaux projets! » ou quelque message du genre : un message constructif, positif, encourageant et indulgent. Ce regard a beaucoup d’importance aux yeux du petit-enfant car, souvent, les parents occupés dans leur vie personnelle et professionnelle, occupés aussi à « discipliner » leur enfant, établissent une relation où des attentes sont signifiées et c’est normal qu’il en soit ainsi. Or, les grands-parents peuvent avoir une place particulière dans la vie de leurs petits-enfants en se situant en-dehors des attentes de performance, de rendement, de productivité, de succès, de prouesses, etc. Ils peuvent devenir une présence aimable et aimante qui regarde l’enfant en lui insufflant une énergie positive qui n’exige rien de lui, qui le laisse-être ce qu’il est. Un regard d’acceptation inconditionnelle : ce dont chacun de nous a besoin pour se sentir assez fort et pour être en harmonie avec soi-même.

Le regard qui laisse-être l’autre tel qu’il est

Avec les grands-parents, le petit-enfant peut abandonner les conditions « Tu devrais », les ordres « Fais ceci! », les menaces « Si tu ne fais pas ceci, tu n’auras pas cela! ». Les grands-parents peuvent vraiment laisser l’enfant être pleinement ce qu’il est et lui communiquer l’amour par le regard. Cela est majeur dans la vie d’un enfant! D’où l’importance que prend la relation aux grands-parents !

Les grands-parents regardent leurs petits-enfants de manière globale et unifiante. Le petit-enfant se sent « Un » en leur compagnie. Ayant vécu plusieurs expériences de la vie, les grands-parents ont souvent développé une certaine « sagesse » et ils sont généralement tolérants. Leur progéniture donne sens à leur vie et c’est comme s’ils peuvent prendre une position où ils ne signifient pas d’attentes particulières. Ils se montrent acceptants d’emblée. Alors que les parents occupent une position existentielle différente où il leur est plus difficile de « tout accepter » sans rien demander. C’est la prérogative des grands-parents ! Profitons-en !

Le regard qui n’est pas accusateur ni culpabilisant

Le regard du grand-parent a intérêt à ne pas être accusateur ou culpabilisant. Il est plutôt compréhensif et descriptif en nommant ce qui ne va pas quand un problème se pose. Il cherche toujours à communiquer de la bienveillance et de l’acceptation inconditionnelle, comme il est dit plus tôt : deux clefs pour aider le petit-enfant à se construire avec son identité propre. « Les yeux sont le miroir de l’âme », nous dit un dicton. Le grand-parent peut faire en sorte que le petit-enfant sente qu’il est « avec » lui et non « contre » lui en livrant un message d’encouragement qui se concentre sur le « bon » perçu chez le petit-enfant.

Le regard de l’autre n’est pas forcé

Ainsi, quand il y a un problème quelconque, le regard du petit-enfant n’est pas forcé. Ce dernier est libre de regarder en direct ou non. Le grand-parent peut avoir confiance en son propre regard positif qui communique de l’amour. Cet amour nourrit le petit-enfant et l’aide à résoudre les conflits qui l’assaillent et le tracassent. Laisser le temps au petit-enfant de se faire une contenance et continuer d’offrir un regard validant qui soutient la prise de conscience sans forcer la note. Pour relever la tête et oser regarder l’autre, le petit-enfant a besoin de sentir que le grand-parent va l’aider à y voir plus clair, pour ensuite réparer ses erreurs après les avoir reconnues. Bref, être regardé avec les yeux du cœur : ce que tout être humain recherche !

Par Jocelyne Petit, Docteure en Sciences de l’Éducation

 

 

 

© Vie de Grands-Parents 2021


Advertisement