ARTICLE

Démence et maladie d’Alzheimer; 3 facteurs à considérer

 

Avant de regarder les facteurs de risques de la démence et de la maladie d’Alzheimer, nous désirons vous rappeler l’importance des saines habitudes de vie de manière préventive. Assurez-vous d’améliorer votre sommeil, votre gestion du stress, votre alimentation, d’avoir une vie sociale de qualité et de rester actif. Ces habitudes peuvent vous aider à diminuer de plus de 50% vos risques de développer cette maladie. Pour plus de détails, consultez l’article L’Alzheimer et les saines habitudes de vie disponible sur le blogue de Vitoli!

Voyons maintenant les risques potentiels liés à la démence et à la maladie D’Alzheimer.

1- C’est la faute de notre ADN?

Vous ne serez probablement pas surpris d’apprendre que certains gènes augmenteraient les risques d’Alzheimer. Plus de 30 gènes seraient impliqués dans la maladie d’Alzheimer. Toutefois, certains seraient directement en cause pour environ 1% des cas. Parmi les gènes qui augmentent les risques, le gène de l’APOE4 serait le plus important. Avec une seule copie de ce gène, les risques augmentent de 3 à 4 fois et avec deux copies de celui-ci, on observe une augmentation de 10 fois plus de risques de développer la maladie.

Tous nos gènes ont deux copies puisqu’une provient du père et l’autre de la mère. Pour le gène de l’APOE4, chez les gens atteints de la maladie, 25% ont une seule copie et 2% des gens ont les deux copies du gène. De façon générale, c’est environ 30% des cas d’Alzheimer qui seraient de dépendance génétique.

Des chercheurs de l’Université Harvard ont expliqué, dans une publication récente, qu’il ne faut pas s’inquiéter si nous avons un cas d’Alzheimer dans notre famille. Si une personne compte un membre de sa famille proche qui est atteint, cela signifie un risque d’environ 2,6% de chance de développer la maladie à partir de 65 ans et de 6,5% à partir de 70 ans. Ce ne sont donc pas des données alarmantes, mais il faut tout de même faire attention à tous les facteurs de risque.

2- Le cerveau dans tout ça?

Rappelons-nous que le siège de la mémoire, appelé l’hippocampe, est une partie du cerveau situé dans le lobe temporal. À proximité des artères qui alimentent le cerveau, l’hippocampe serait souvent la première région affectée par la maladie d’Alzheimer. Ceci est lié à l’impact découlant de la pression sanguine dans les petits vaisseaux sanguins qui alimentent l’hippocampe. Lorsque la pression augmente, ces petits vaisseaux sanguins ont tendance à éclater et ceux de l’hippocampe sont les premiers touchés. La fragilité de la circulation sanguine au cerveau présente donc un risque de développer la maladie. Il est alors important de réduire ou d’éliminer les habitudes qui réduisent la qualité de la circulation sanguine (le tabagisme, la sédentarité, la haute pression, le cholestérol ainsi que l’obésité).

Outre la pression sanguine, les chocs causés au cerveau peuvent briser certains vaisseaux sanguins ce qui augmentera à moyen ou à long terme les risques. Donc, une personne qui a vécu des commotions cérébrales aura plus de risques de développer de la démence ou de l’Alzheimer qu’une autre qui n’aurait subi aucun choc au cerveau.

3- Aucun mal, ce n’est qu’un médicament…

Saviez-vous qu’il y a deux types de médicaments qui augmentent grandement les risques de démence et d’Alzheimer? Eh oui! Il s’agit des somnifères chimiques et des médicaments anticholinergiques. Des quoi? Les médicaments anticholinergiques ont un effet sur les neurotransmetteurs les plus importants pour le cerveau (récepteurs de l’acétylcholine) et sur la transmission nerveuse à travers tout le corps. Ce sont précisément les anticholinergiques sévères consommés sur une base régulière, et ce, depuis plus de 3 ans qui causeraient une augmentation des risques de démence allant jusqu’à 50%. Ils représenteraient jusqu’à 10% des cas diagnostiqués. Voici une liste tirée d’une étude européenne présentant les médicaments anticholinergiques sévères (les noms peuvent être différents en Amérique du Nord) :

Amitriptyline (Elavil); Amoxapine (Asendin); Atropine (Sal-Tropine); Benztropine (Cogentin); Brompheniramine (Dimetapp); Carbinoxamine (Histex, Carbihist); Chlorpheniramine (Chlor-Trimeton); Chlorpromazine (Thorazine); Clemastine (Tavist); Clomipramine (Anafranil); Clozapine (Clozaril); Darifenacin (Enablex); Desipramine (Norpramin); Dicyclomine (Bentyl); Dimenhydrinate (Dramamine, autre); Diphenhydramine (Benadryl, autre); Doxepin (Sinequan); Doxylamine (Unisom, autre); Fesoterodine (Toviaz); Flavoxate (Urispas); Hydroxyzine (Atarax, Vistaril); Hyoscyamine (Anaspaz, Levsin); Imipramine (Tofranil); Meclizine (Antivert); Methocarbamol (Robaxin); Nortriptyline (Pamelor); Olanzapine (Zyprexa); Orphenadrine (Norflex); Oxybutynin (Ditropan); Paroxetine (Paxil); Perphenazine (Trilafon); Promethazine (Phenergan); Propantheline (Pro-Banthine); Propiverine (Detrunorm); Quetiapine (Seroquel); Scopolamine (Transderm Scop); Solifenacin (Vesicare); Thioridazine (Mellaril); Tolterodine (Detrol); Trifluoperazine (Stelazine); Trihexyphenidyl (Artane); Trimipramine (Surmontil); Trospium (Sanctura).

Prenez note qu’il est très important d’en parler avec votre médecin ou votre pharmacien avant l’arrêt de tout médicament! Votre pharmacien pourrait peut-être vous suggérer des alternatives à discuter avec votre médecin.

Conclusion

Heureusement, nous savons que les recherches sur la démence et la maladie d’Alzheimer ne cessent de progresser et de faire des avancées importantes. Malgré cela, vos meilleures chances de réduire les risques sont les saines habitudes de vie.

Pour la santé cognitive de façon générale, nous vous proposons d’essayer des produits naturels de grande qualité et 100% québécois. Le premier, VitoliMD Cardiovasculaire, aide à la santé des vaisseaux sanguins et le maintien de la santé cardiovasculaire en général. La deuxième formule, VitoliMD Mémoire et santé cognitive, aide à améliorer les fonctions cognitives et la mémoire chez l’adulte.

Nous souhaitons aussi vous rappeler qu’il n’est jamais trop tard pour agir et ainsi améliorer vos chances de vivre plus longtemps, en santé!

 

 

Références:

  • Blankevoort et al, 2013. Physical Predictors of Cognitive Performance in Healthy Older Adults: A Cross-Sectional Analysis. PLoS One. 2013 Jul 30; 8(7).
    • Coupland et al, 2019. Anticholinergic Drug Exposure and the Risk of DementiaA Nested Case-Control Study. JAMA Intern Med. 2019;179(8):1084-1093.
    • Harvard-health, Published by Harvard Medical School. 2018. Alzheimers disease a guide to diagnosis treatment and caregiving. David Roberts, MD, Dean for External Education, 53 pages.
    • Harvard Men’s Health Watch, Décembre 2015, mise à jour Janvier 2019. Alzheimer’s in the family: Dementia affects the person diagnosed but also raises fears for siblings and children. Here are the facts. Harvard health publications.
    • Henry et al, 2019. The relationship between sleep duration, cognition and dementia: a Mendelian randomization study. Int J Epidemiol. 2019 Jun 1;48(3):849-860.
    • Pottie et al, 2018. Déprescription des agonistes des récepteurs des benzodiazépines. Guide de pratique clinique. Vol 64 : MAY | MAI 2018|Canadian Family Physician | Le Médecin de famille canadien. 16 pages.
    • Samieri et al, 2018. Association of Cardiovascular Health Level in Older Age With Cognitive Decline and Incident Dementia, JAMA. 2018; 320(7):657-664.
    • Wahlin and Nyberg, 2019. At the Heart of Cognitive Functioning in Aging. Trends in Cognitive Sciences July 11, 2019.
© Vie de Grands-Parents 2021


Advertisement