ARTICLE

La santé mentale alors que l’on vieillit

Les problèmes de santé mentale chez les personnes âgées de plus de 50 ans sont encore un sujet tabou. On s’imagine qu’en étant à la retraite, entourées de leurs enfants et de leurs petits-enfants, les personnes de cette catégorie d’âge nagent dans le bonheur. Malheureusement, ce n’est pas le cas pour tout le monde. L’institut national de santé publique a publié les statistiques concernant le suicide au Québec en 2013 (http://www.cps02.org/media/STATISTIQUES-Faitssaillants_mortalitesuicide2016_INSPQ.pdf)

Cette année-là, la tranche d’âge des 50-64 ans est la deuxième plus touchée par le suicide, autant chez les hommes que chez les femmes. Ces statistiques démontrent malheureusement bien la détresse que vivent les personnes âgées.

Le début de la retraite

Pour plusieurs, l’arrivée de la retraite est un événement positif dans leur vie. Ils ont plein de projets, de voyages, d’activités en tête, et cela les motive à terminer leur carrière. Cela dit, ce n’est pas le cas pour tout le monde. Comme on peut le constater dans l’actualité, repousser l’âge de la retraite fait partie des enjeux des Québécois. Ce n’est pas tout le monde qui a la capacité, autant physique que mentale, de travailler jusqu’à 65 ans. La retraite peut être étonnament difficile  à prendre pour certains. Plusieurs personnes vivent pour leur travail et adorent être occupées, et se retrouvent tout à coup devant des journées vides. Il y a aussi le stress financier en lien avec la retraite qui préoccupe plusieurs personnes.

Changement dans les relations sociales

C’est dans la cinquantaine, et parfois même avant, que l’on commence à apprendre que certains amis sont malades, parfois atteints d’une maladie incurable, etc. Vous pouvez aussi apprendre le décès de personnes avec qui vous êtes allés à l’école. Il peut être très déprimant d’apprendre des nouvelles de ce genre, même si vous n’êtes plus en contact avec la personne décédée. C’est à ce moment que vous pouvez réaliser que la vie est fragile, et qu’à l’âge que vous êtes rendus, il y en a plus de fait qu’à faire. Certaines personnes se retrouvent aussi très isolées socialement, ce qui influence énormément l’état psychologique

Changement dans les relations familiales

Les ados sont devenus adultes, et ont eux-mêmes leur petite famille. Certains ont déménagés dans une autre ville, tandis que d’autres sont restés proches de vous. Les relations se sont peut-être améliorées, sont restées les mêmes ou se sont détériorées. Bref, ce type de changement amène son lot de stress.

Changement dans l’état de santé

Physiquement, il est possible que vous réalisiez que vous n’êtes plus aussi en forme qu’avant, que vos capacités diminuent plus rapidement. Votre routine quotidienne doit être adaptée pour que vous puissiez parvenir à faire les mêmes tâches qu’avant, comme votre autonomie n’est plus la même.

Prévenir

Plusieurs raisons peuvent amener les personnes de 50 ans et plus à avoir des petits moments difficiles sur le plan de la santé mentale. Beaucoup de changements surviennent à cette époque de la vie, tant sur le plan physique, psychologique, social et familial, et cela peut certainement affecter l’humeur. C’est important de garder un réseau social actif, si petit soit-il, afin de faire des activités ou de réaliser des projets.

Les symptômes suivants sont à surveiller : anxiété, diminution ou augmentation de l’appétit, troubles du sommeil, perte ou gain de poids important, difficultés de concentration, tristesse, idées suicidaires, isolement social, etc.

Pour s’occuper et se sentir utiles, plusieurs personnes retraitées font du bénévolat dans différents organismes, ou retournent tout simplement travailler à temps partiel dans les commerces du coin. Cela peut être une solution tout à fait souhaitable pour les personnes ayant encore l’autonomie et la santé physique qui leur permet d’accomplir certaines tâches. S’inscrire à des cours de groupe ou au gym, apprendre comment naviguer sur Internet, suivre des cours d’arts, s’impliquer dans la communauté… des options qui peuvent sembler banales, mais sont absolument bénéfiques pour la santé mentale et physique.

Aller chercher de l’aide

Selon la problématique rencontrée, il est important d’aller chercher de l’aide. Si votre autonomie a diminué et que vous avez besoin de soutien à la maison, vous pouvez faire appel au CSSS qui pourra vous référer vers des organismes d’aide à domicile (entretien ménager, livraison de repas, courses, etc.) et ce, à petit prix. Une recommandation de votre médecin peut être nécessaire, alors n’hésitez pas à aller le consulter afin qu’il vous soutienne dans ces démarches.

Si vous vivez des difficultés sur le plan psychologique, encore ici, une consultation médicale peut être nécessaire. Des travailleurs sociaux sont aussi disponibles pour vous aider dans les CSSS afin d’évaluer votre situation et de vous apporter de l’aide selon vos besoins. Il y a aussi la possibilité de consulter un psychologue, un travailleur social ou un psychoéducateur au privé, selon vos moyens financiers.

© Vie de Grands-Parents 2019