ARTICLE

Vitamine B12 : attention de ne pas en manquer

Beaucoup de personnes sont affectées par une carence en vitamine B12, et ce, sans nécessairement le savoir. On dénombre 39% de cas au sein de la population en général. Ce nombre augmente lorsque nous ciblons des végétaliens, des végétariens et des personnes âgées.

Où se cache la vitamine B12?

Nécessaire au métabolisme des lipides et des protéines, cette vitamine se retrouve dans les produits laitiers, les aliments d’origine animale, etc. Plus précisément, la vitamine B12 est présente dans les aliments suivants :

  • Les viandes, les volailles, les abats (bœuf, veau, agneau), le lapin;
  • Les crustacés, les mollusques, principalement les huîtres et les moules;
  • Les poissons, spécifiquement les maquereaux, les sardines, la truite, le thon;
  • Les fromages (emmental, camembert) et les produits laitiers;
  • Les œufs (en moindre quantité);
  • Certaines boissons de soya ou de riz.

Il est important de garder en tête qu’il est recommandé de consommer de la viande rouge seulement quelques fois par mois. Les autres aliments mentionnés ci-haut sont donc à privilégier.

Les symptômes d’une carence

Lorsqu’une carence en vitamine B12 apparaît, les symptômes sont légers et peu spécifiques. C’est ce qui explique qu’un bon nombre de personnes ne sont pas conscientes de leur carence. Les symptômes se traduisent souvent par de la fatigue, des troubles de l’appétit, des troubles de sommeil, de la faiblesse, etc.

Des problèmes plus graves et irréversibles surviennent si le manque de vitamine B12 n’est pas traité au bon moment. On parle alors de symptômes comme des dégradations neurologiques (picotements, douleurs inexplicables, etc.), l’augmentation du taux d’homocystéine (à l’origine de maladies cardiaques et circulatoires) et la perturbation de la formation des neurotransmetteurs et des hormones (déséquilibre psychique et cognitif).

Certains cas liés à une carence en B12 peuvent se rendre à l’extrême et entraîner de la paralysie, de l’incontinence, un AVC, un infarctus, l’artériosclérose, etc.

Qui est le plus à risque de développer une carence?

Les personnes âgées sont plus susceptibles de développer une carence en B12 dû à leur faible appétit. En diminuant leur portion, ils diminuent leur apport en vitamine B12. Ce n’est pas seulement leur petite portion qui est en cause. C’est aussi le fait que leur acidité gastrique se voit diminuer ce qui rend plus difficile l’absorption de cette vitamine.

D’autres habitudes peuvent aussi diminuer l’absorption de la B12 telles que le stress, la cigarette, certains médicaments (antiacides, Metformine, certaines hormones, etc.), l’alcool, la caféine à forte dose et le sucre à forte dose.

Recommandations

En tant que pharmacien, je suggère que les personnes âgées obtiennent une évaluation annuelle par leur médecin pour vérifier leur taux de vitamine B12. Aussi, il serait important qu’ils consomment des aliments présentant un haut taux de B12 et/ou consomment des suppléments contenant cette vitamine.

Il est intéressant de savoir que les suppléments peuvent être donnés soit par injection ou par voie orale et que les deux méthodes sont généralement aussi efficaces.

Jusqu’à ce jour, il n’y a pas eu de cas de toxicité en lien avec des doses de vitamine B12. Étant aussi une recommandation de Santé Canada, pourquoi ne pas offrir une dose sécuritaire et efficace de vitamine B12 qui permettrait d’éviter des séquelles permanentes aux patients?

Un dernier petit conseil! Prenez le temps d’observer le tableau de valeur nutritive des aliments pour identifier ceux qui sont enrichis de B12 tout en variant votre alimentation.

 

André Perreault, pharmacien et collaborateur pour le blogue de Vitoli

 

 

 

© Vie de Grands-Parents 2024