ARTICLE

Trop de médicaments en vieillissant ?

 

Deux Canadiens sur trois consomment au moins cinq médicaments différents chaque jour. Cette statistique pourrait nous paraître banale puisque ce n’est pas nouveau de voir la consommation de médicaments augmenter avec l’âge. Cependant, on compte entre 30 et 40% des patients ayant plus de 65 ans qui consomment au moins un médicament inutile ou inapproprié à leur situation.

Les effets du vieillissement

Lors du processus de vieillissement, le système immunitaire se fragilise et devient plus vulnérable. Nous pouvons donc constater plusieurs changements tels que de la fatigue, des changements hormonaux, la difficulté à se concentrer, la diminution de la vision, etc. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) inclut aussi l’incontinence urinaire, l’insomnie, les chutes, la confusion, les déficits sensoriels, la fatigue ou la faiblesse, la perte de poids et l’anorexie.

En lisant l’énumération de ces changements, il est tout à fait plausible de penser que l’absorption des médicaments et leurs effets sur le système immunitaire peuvent aussi se modifier. On se demande alors si c’est normal de consommer autant de médicaments lorsque ces patients vivent de nombreux changements physiologiques qui augmentent les risques reliés à l’usage des médicaments.

Réévaluation et déprescription

Il serait logique d’agir en fonction de la possibilité qu’il faille réévaluer les doses et la pertinence des médicaments au fur et à mesure que les individus vieillissent. Un médicament qui était efficace auparavant pourrait être revu avec une dose à la baisse ou dans certains cas, un arrêt complet pourrait être une option s’il ne convient plus à la situation actuelle du patient.

La déprescription ciblée des médicaments devrait devenir une pratique aussi courante que la prescription. Cette méthode est déjà présente et fait partie des standards dans certains CHSLD. La déprescription permet d’optimiser l’utilisation des médicaments et de mieux répondre aux besoins de chacun. D’ailleurs, elle pourrait être mieux utilisée si les patients, ainsi que certains professionnels de la santé, étaient mieux informés des inconvénients pouvant être liés à l’usage des médicaments et sensibilisés aux changements susceptibles de modifier les effets de ces médicaments.

Prenez le temps de questionner votre pharmacien et votre médecin sur les fonctions et les raisons de vos médicaments pour vous assurer qu’ils sont adaptés à votre situation actuelle.

 

André Perreault, Pharmacien et collaborateur pour le blogue de Vitoli

 

Référence

–          Lambert J., Simard E. « Déprescription » (chap. 8), dans Vivre jeune DEUX fois plus longtemps, Marcel Broquet Éditeur, 2018, p. 77-88.

 

© Vie de Grands-Parents 2024